L'Impossible Naissance, Annexes

< précédente | table des matières | suivante >

Annexe de la page 190 du livre « L'IMPOSSIBLE NAISSANCE ou L'ENFANT ENCLAVÉ »

EXTRAIT

(...) La mère, qui, après la traversée de la castration primitive, se sent inconsciemment séparée de l'enfant, peut le regarder et lui donner une « empreinte » de son image inconsciente (au sens étymologique de « figure marquée par impression »). (...)

[photo]
Photo de Marion, « L'empreinte »

Nous pouvons mieux saisir avec cette photo l'impression récurrente chez les patients enclavés :
« Je me sens comme une empreinte, toujours en creux jamais en relief ».