L'Impossible Naissance, Annexes

< précédente | table des matières | suivante >

Annexe de la page 156 du livre « L'IMPOSSIBLE NAISSANCE ou L'ENFANT ENCLAVÉ »

EXTRAIT

(...) Cependant, nous n'avons pas oublié que, durant la dernière phase de la grossesse, le bébé est identifié à sa propre mère et à l'enfant fusionnel qu'elle a été durant sa vie fœtale. En accouchant, la mère laisse donc mourir sa propre mère, en tant qu'objet fusionnel de son identification primordiale, et tue l'enfant fusionnel de sa passion narcissique primordiale et de son désir incestueux. Nous retrouvons ici la signification inconsciente des trois sculptures de Voledda figurant l'accouchement, qui introduisaient la douleur, la mort de la grand-mère et de l'enfant dans les fantasmes originaires. (...)

« Accouchement »
ou
« Trilogie de la séparation »
Voledda, 1997
 
« Douleur »
de Voledda
[photo de sculpture]

Nous voyons que la douleur est nécessaire pour ressentir violemment le détachement de l'enfant et réactiver les fantasmes originaires de l'accouchement qui permettent à la mère de rompre le lien fusionnel primordial à l'enfant.

retour à l'imagette
« La mort de la mère »
de Voledda
[photo de sculpture]

Cette sculpture de Voledda figure la mère qui porte dans ses bras sa propre mère morte. Le fantasme originaire de tuer sa Mère Primordiale (ses parents) au moment de l'enfantement (fantasme originaire d'origine phylogénétique, ne l'oublions pas) est nécessaire pour que la mère puisse élaborer la perte du sentiment d'appartenir au corps de sa propre mère.

retour à l'imagette
« La mort de l'enfant »
de Voledda
[photo de sculpture]

Cette sculpture de Voledda figure la mère portant dans ses bras son enfant mort. Le fantasme originaire de tuer l'enfant fusionnel et incestueux qui vient de naître, enfant auquel la mère était totalement  identifiée en fin de grossesse, lui est nécessaire pour rompre le lien fusionnel primordial et élaborer la perte du sentiment d'appartenir au corps de l'enfant.

retour à l'imagette